Publié le 28 avril 2020

éa-éco-entreprises appellent les collectivités publiques à la relance de la commande publique dans une lettre ouverte

SORTIR DE LA CRISE ECONOMIQUE, LES ÉCO ENTREPRISES APPELLENT Á LA RELANCE DE LA COMMANDE PUBLIQUE POUR PRÉSERVER L’AVENIR DE NOS TERRITOIRES.

 

La mobilisation des acteurs publics auprès de tous les acteurs économiques est sans précédent. Nécessairement, la crise sanitaire due au COVID 19 mobilise l’action sur la lutte contre la pandémie, le soin des malades, l’adaptation au confinement de la population, la mise en place du soutien à l’activité partielle et le financement de la trésorerie des entreprises. Mais les solutions à engager aujourd’hui pour activer la relance économique et sociale peinent à émerger.

Depuis le début de cette crise, la publication des avis pour appels d’offres publics est en très forte baisse, entre 50 et 75% plus faible que l’année dernière. Or, dans le domaine de l’environnement (eau, sites pollués, biodiversité, déchets, énergies, bas carbone, aménagement du territoire…), les donneurs d’ordre sont principalement les collectivités locales et leurs regroupements en intercommunalités (EPCI), syndicats et établissements publics. Les 156 membres d’Éa éco-entreprises et leurs 4 000 salariés œuvrent depuis plus de 20 ans pour accélérer la transition écologique et énergétique en région, en France et à l’international. La filière est créatrice d’emplois durables et intervient dans tous les secteurs d’activités.

Éa éco-entreprises appelle toutes les collectivités publiques à maintenir la dynamique d’avant crise pour une transition écologique vers une économie verte, bas carbone et moins consommatrice de ressources non renouvelables, dans la lignée du Green Deal lancé par la Commission européenne le 9 décembre 2019.

Pour éviter la crise économique et sociale, pour sortir le plus vite possible leurs salariés de l’activité partielle et pour rester une filière fortement créatrice d’emplois durables, les 156 membres du cluster Éa éco-entreprises appellent à la reprise sans délai de la commande publique. Si celle-ci ne repart pas très rapidement et fortement, c’est toute l’expertise construite pendant des années qui partira en fumée dans les prochaines semaines avec des dégâts irréversibles à l’échelle du territoire régional et national. C’est d’autant plus dommageable que les besoins sont là et imposent des réponses adaptées.

Nos métiers de conseil et d’études, de programmation, de conception et de travaux ont des cycles longs : il s’écoule plusieurs mois entre la commande et la fin de production. Alors que les entreprises se sont organisées pour maintenir au travail le maximum de salariés, l’arrêt brutal des commandes des collectivités a provoqué une fonte très rapide des réserves de travail. L’activité partielle augmente chaque jour et les éco entreprises ont un besoin urgent de rentrer de nouvelles commandes pour pouvoir maintenir les salariés dans l’emploi. Toutes les entreprises souhaitent pouvoir conserver les savoir-faire acquis dans la transition écologique depuis près de 20 ans. Ainsi, la commande publique constitue l’une des principales sources de contrats non seulement pour les éco entreprises, mais également pour tous les acteurs de la ville durable dont les permis d’aménager et de construire conditionnent directement la commande privée.

Or, le report du second tour des élections municipales en juin 2020 créé une situation sans précédent « d’entre deux » qui gèle les décisions politiques nécessaires au lancement des études et des projets, et de la commande publique en général. 

Dans le meilleur des cas, si le second tour est maintenu fin juin, les votes en conseils communautaires et syndicaux aboutiront à une reprise des décisions au mieux à la rentrée de septembre, générant de fait près de 6 mois de retard dans les votes en commissions d’appels d’offres et les publications de nouveaux avis de marchés publics. Si le second tour des élections devait être décalé en septembre ou octobre, c’est l’année 2020 et sans doute 2021 qui seraient sacrifiées. Les conséquences seraient probablement terribles pour l’économie et l’emploi.

Quelle que soit la date retenue pour le second tour des municipales et dont l’annonce est promise pour le 23 mai, il est indispensable que des modalités de fonctionnement, claires et partagées soient définies très rapidement pour que tous les exécutifs locaux puissent retrouver une capacité à s’engager dans une dynamique de projets.

L’économie est une chaîne. Le réseau Éa éco-entreprises appelle, dès aujourd’hui, toutes les collectivités à relancer les appels d’offres d’études et de conseil, de fournitures, d’assistance à maîtrise d’ouvrage, de maîtrise d’œuvre et de travaux pour que l’ensemble de la filière des éco entreprises évite la crise économique et sociale et reste une filière créatrice d’emplois durables au service de nos territoires.

Les membres d’Éa éco-entreprises.